03 mars 2015

Que la montagne est belle #7

Je continue avec le récit de Compostelle, première étape, dont le début se trouve ici. La plupart des pèlerins de Compostelle font le parcours sans convictions religieuses, cependant il règne sur le chemin un état d'esprit très particulier, lié sans doute en partie à son ampleur (1700 km). Le chemin est doublement balisé. D'abord le GR65, très bien indiqué, peu de chances de se tromper de route. Mais on trouve aussi des petits calvaires qui bordent le chemin de loin en loin et sur lesquels les pèlerins déposent des petits cailloux... [Lire la suite]