Si vous ne connaissez pas la bande dessinée japonaise ou si lorsque vous entendez "Manga" vous pensez à des histoires rocambolesques de superhéros pour enfants, ce conseil BD remettra en question vos a priori.

Il s'agit de découvrir l'anthologie de Jiro Taniguchi : Le sommet des dieux, un monstre sacré de la bande dessinée japonaise pour adultes adapté de l'oeuvre de Baku Yumemakura.

image 1

 

Le départ du scénario est fondé sur un fait historique:

En 1999 le corps de Georges Mallory, un alpiniste anglais disparu sur l'Everest en 1924 avec son compagnon d'infortune Andrew Irvine, est retrouvé à quelques 600 mètres du sommet. Les experts se demandent alors si Mallory et Irvine avaient atteint le sommet et étaient en train de redescendre. Cette réussite signifierait une découverte formidable pour l'histoire de l'alpinisme puisqu'ils seraient alors les premiers hommes à avoir atteint le toit du monde, près de 30 ans avant le détenteur historique du titre.

article-0-003D605900000258-1000_468x286

 

Depuis, nombreux sont ceux qui cherchent les deux appareils photo des alpinistes disparus dont les pellicules pourraient confirmer la théorie de leur réussite. L'histoire du Sommet des dieux commence à partir de cette trouvaille fictive. Un photographe japonais trouve donc l'appareil de Mallory. Il se lance alors corps et âme dans une enquête éperdue qui ira bien plus loin que sa quête initiale. Ses recherches l'amènent à rencontrer Habu et Hase, deux alpinistes japonais jusqu'au-boutistes qu'il suivra dans leur folie de la performance alpine.

 

image2

 

La fenêtre qu'ouvre le Sommet des dieux embarque le lecteur dans le monde magnifique mais impitoyable de la haute montagne et du surpassement de soi. Les héros cherchent toujours à repousser leurs limites. Ils sont en quleque sorte des surhommes de l'exploit alpin. Les faces insurmontables, les ascensions à plus de 8000 mètres sans oxygène, les expéditions en solitaire, tout est prétexte à repousser la barre de l'infaisable, à la recherche constante de l'exploit.

image3

 

Le récit qui se déroule en cinq épais volumes prend le temps de nous immerger dans le fascinant enfer blanc des montagnes européennes et asiatiques. Pourtant, malgré cette apparente langueur, la narration semble toujours être en équilibre sur un fil tendu qui happe le lecteur et le tient constamment en haleine.

Il faut aussi noter le travail monumental de la réalisation graphique, les montagnes se renouvellant sans cesse sous le crayon prodigieux de l'auteur. En effet, tout au long des cinq tomes du Sommet des dieux, Jiro Taniguchi semble poser un oeil émerveillé et jamais figé sur la montagne, personnage principal toujours en mouvement de cette oeuvre spectaculaire.

Verso_36774

 

Grâce à ce regard particulier, à la force des personnages et à une narration extrêmement bien ficelée, Le sommet des dieux est aujourd'hui un classique de la littérature alpine que je vous conseille sans détour si vous ne l'avez pas déjà lu. Cette aventure littéraire est un chef d'oeuvre merveilleux qui vous fera voyager dans l'ivresse de l'altitude, lecture incontournable pour les passionnées de BD ou de montagne!

image 4

 

 

Nelly