Quand j'ai tapé "Pologne" dans Google pour en savoir un peu plus sur ce pays, le premier article qui apparait est "Tombes de vampires découvertes". Rien à voir avec ce dont je vais vous parler aujourd'hui!

La Pologne, c'est 50% de terres agricoles, pour l'essentiel des exploitations familiales. Mais le secteur, essentiel à l'économie de ce pays, a besoin d'une renaissance des communautés rurales qui sont isolées et démunies. Les agriculteurs, sous le régime soviétique, étaient soutenus, dirigés, contrôlés par le régime totalitaire. Habitués à une certaine passivité les exploitants agricoles se sont retrouvés, lors de la chute du régime, tout à fait incapables de prendre des initiatives ou de dresser des plans de développement pour continuer à faire vivre leur activité.

 

89345426_p

 

Depuis 1996 une polonaise, Dagmara Bienkowska, consultante en développement, s'attache à redonner un souffle aux économies rurales en déclin de son pays.

emi5_galImg4

Elle applique ce qu'elle a appris pendant ses études en aménagement des espaces publiques à l'espace rural. Sa vision des choses suit deux axes distincts et pourtant très liés :

  • Revitaliser les économies locales dans les territoires ruraux, valoriser les connaissances et les traditions des communautés visées, les inciter à prendre des initiatives
  • Revitaliser le lien social, lutter contre l'isolement géographique mais aussi (et surtout) la solitude sociale, établir un dialogue et une coopération entre les membres d'une même communauté, les habitants d'une même commune

 

Sa première initative est l'exemple le plus frappant, et le plus représentatif de son action : ce qu'elle a entreprit avec la ville de Zegocina en 1996. Cette ville rurale d'environ 4500 habitants était très fortement touchée par le chômage, et enlisée dans une espèce d'apathie tant au niveau social que politique. L'idée de Dagmara Bienkowska a été de créer un livre de recettes locales. Pourquoi un livre de recettes locales?

 

  • Cela permettait d'aller à la rencontre des gens. Un groupe de jeunes a été constitué  dans ce but précis, allant frapper de porte en porte, rencontrant les familles, instaurant un dialogue avec eux et entre eux, les voisins se mettant aussi à se parler. Près de 80% de la population du village a contribué à l'élaboration du livre.

 

  • Ce sont les habitants qui devaient fournir les recettes, des recettes traditionnelles, héritage familial sur plusieurs générations. Outre le fait de remettre à jour les recettes cela a permis également de mettre en lumière les histoires familiales qui y sont liées.

 

  • Ces recettes du terroir utilisaient des produits disponibles au niveau local, cela permettait de valoriser la valeur de ce qui est cultivé depuis des générations

 

emi5_galImg3

 

Suite à la publication du livre, qui a amené un peu de profit à la ville (et pas que du profit financier, un profit civique également) Zegocina s'est fait une petite notoriété et a reçu en 1997 le premier prix de la Exceptional Polish Commune National Competition.  Il y a eu de nombreuses retombées positives, la ville s'est comme réveillée, des initiatives ont été lancées : un club d'entrepreneurs a été créé, ainsi q'un fond de crédit local, des élevages, une société d'éco-tourisme etc...

Dagmara Bienkowska a conduit de nombreux projets comme celui ci, toujours en mettant en valeur les traditions rurales, les révélant comme une source de revenus possible dans des localités figées par le chômage.

Par ce travail reposant sur le dialogue social elle a réussi à valoriser des communautés qui se sentaient marginalisées, abandonnées. Elle leur a permis de retrouver une force de travail, une confiance dans leurs capacités à s'auto gérer et à relancer une économie au point mort en misant sur l'humain et leurs territoires..

 

pologne4commeuropeenne