J'avais emprunté ce livre à la bibliothèque il y a quelques temps :

room-01

 

Je ne peux que brièvement évoquer ce livre qui raconte l'histoire d'un petit garçon né en captivité et retenu prisonnier avec sa mère dans la cave de leur geôlier, car je n'ai pas réussi à aller plus loin qu'une vingtaine de pages.

Il est raconté par un enfant. Il est très difficile pour un adulte de retranscrire la façon dont parle les enfants! La naïveté devient une sorte de stupidité, les erreurs de grammaire ou syntaxe font très artificiel,  la fausse candeur est débilisante, oui vraiment c'est un exercice difficile. Ici le petit garçon personnalise les objets, qui sont tous précédés d'un "monsieur" ou "madame" : madame Bouteille, monsieur Lit, monsieur Tapis. J'avoue avoir trouvé cela tout à fait insupportable à lire.

Mais dans ce registre il y a un auteur qui a su me convaincre : Gilles Paris.

J'ai d'abord lu celui ci :

autobiographie_dune_courgette

 

C'est l'histoire d'Icare dont le papa a fui le foyer, qui est maltraité par une maman alcoolique qu'il tue accidentellement avec un pistolet. Il est alors envoyé en foyer d'accueil. 

Résumé comme cela ça a l'air très glauque mais en fait c'est un livre plein d'optimisme et de drôleries. Icare - surnommé la Courgette - va faire l'expérience de l'amitié et de l'amour, finalement cette tragédie va lui permettre d'accéder à une autre vie, faite de rencontres, de découvertes et d'accomplissement.

Il s'agit d'une "autobiographie fictive", c'est raconté par Icare lui même. Gilles Paris a su, lui, très bien écrire avec des mots d'enfant. La naïveté, la candeur apparaissent sous la forme d'une certaine innocence propre à l'enfant et qu'il est si difficile de traduire.

J'ai trouvé très drôle certains passages où les adultes utilisent des mots que Courgette n'interprète pas dans le bon sens. Comme quand sa mère lui dit que son père est parti faire le tour du monde avec une poule (quel plaisir peut-on avoir de voyager avec un volatile?) ou lorsqu'un gendarme lui dit qu'au centre il va être comme un coq en pâte!

Très jolie découverte donc, et lorsque J'ai Lu m'a proposé de m'envoyer "Au pays des kangourous" du même auteur j'ai tout de suite été très enthousiaste.

couv_au_pays_des_kangourous_poche_3

 

Là encore c'est raconté par un petit garçon, sa maman travaille (beaucoup) et est (très souvent) en déplacement en Australie. Il passe donc le plus clair de son temps avec son papa, écrivain de son état, qui un jour tombe dans une dépression profonde. Pendant les séjours de son père à l'hôpital ou en maison de repos il est accueilli par sa grand-mère paternelle, une mamie originale entourée d'une bande de copines tout aussi peu banales qu'elle.

J'ai été moins touchée par celui ci. On devine assez vite ce qu'il va se passer, les personnages sont proches de la caricature. Et surtout je ne retrouve pas la sincérité de l'Autobiographie, la justesse du récit raconté avec des mots d'enfant. Le sujet abordé est grave mais il s'en dégage peu d'émotions.

Le personnage imaginaire n'apporte pas grand chose à l'histoire et du coup empêche l'expression des sentiments du jeune héros. De plus je l'avoue, j'ai sauté tous les passages de "rêve" qui n'avait aucun sens pour moi et que je trouvais très ennuyeux.

Déception donc, je vais peut-être essayer de lire son premier roman, puisque les débuts paraissaient prometteurs!

Par contre gros gros succès de la couverture auprès d'Alistair!