Je vous avais déjà parlé de David Foenkinos .

Les éditions J'ai Lu m'ont fait parvenir son livre "La tête de l'emploi". J'ai découvert un format dit "semi-poche", très agréable...

la tete de l'emploi

 

 

C'est l'histoire de Bernard, sa femme le quitte (encore une Nathalie) , il perd son boulot et doit retourner vivre chez ses parents. Comment rebondir, que faire lorsqu'on a 50 ans et qu'on porte le lourd fardeau d'un prénom aux connotations aussi multiples qu'hasardeuses?

On y retrouve ce que j'aime chez Foenkinos, un humour assez subtil, plein d'humanité. C'est joliment écrit, un mélange de burlesque et de dérision. C'est souvent drôle, transformant ce qui pourrait être pathétique en événement touchant ou cocasse. 

Mais c'est aussi, malgré les sujets abordés (divorce, chômage, harcèlement moral), un livre très léger. Trop léger, il a un côté anecdotique qui déçoit un peu. Il manque de la poésie mélancolique qui teintait les autres romans que j'ai lu de lui, il lui manque, à l'image de son héros, un peu d'épaisseur.

 

"Mon père s'appelle Raymond, et s'il n'a pas été résistant*, il a rageusement observé la guerre depuis sa chambre.

* Enfin, au sens historique, car il faut une certaine capacité de résistance pour vivre avec ma mère."