Rappelle toi, il y a quelques temps je te rapportais ici par le biais de Pierre ce qu'il y avait de bon à manger aux Philippines. Les fruits goûteux, les adobo de viande (dont Pierre et Sarah nous ont proposé une version, on s'est régalé!!). Bon, tout ça c'était ce que j'étais susceptible de goûter. Aujourd'hui je publie le reste de son récit avec, disons, ce qui me tenterait (beaucoup) moins. 

Des parties moins estimées des animaux sont utilisées dans des recettes délicieuses (bon comme j'ai dit c'est chacun ses goûts!). Si à Banaue une tradition alimentaire impose, durant les cérémonies, une consommation d'intestins de porc bouillis juste saupoudrés de sel- un peu rude quand même, mais une fois habitués on se régale (faudrait d'abord oser goûter, pas sûre d'avoir envie!) - pour accompagner le gin, le brandy et la longue attente, d'autres préparations méritent le détour. Le foie de porc accompagné de riz et de balatong, sorte de pois cassé, appelés mongo en anglais, (ok pour moi ce sera juste le riz et les mongo, merci) est un exemple, sans parler du délicieux sisig, salade composée de joue et d'oreille de porc dans une sauce blanche très épicée et très parfumée.

Limited-Edition-Bombay-Sapphire-Gin-by-Webb-deVlam-1

Oui je te mets une photo d'une bouteille de gin, parce que les photos d'intestin de porc bouilli ou d'oreille de cochon, euh, comment te dire...

On mange aussi, dans la Cordillera Central au nord, du serpent quand on en trouve, et du chien (interdit à la vente, on ne peut tuer un chien que pour un repas privé euh, ils tuent le chien de la famille?). La viande de ce dernier est accommodée au piment, jamais pour un repas mais comme pulutan (pu-lu-tan, rien que le nom ça laisse rêveur...), nourriture accompagnant la boisson : les Philippins ne boivent de l'alcool qu'à la condition d'avoir de quoi se sustenter durant la beuverie (moi c'est l'inverse, je ne mange du chien qu'à condition d'avoir beaucoup - beaucoup - bu d'alcool).

 

TEQUILA2

Santé! Euh non pardon, manger du serpent...??

Serpent

 

Plat particulièrement bon, mais qui demande aux palais étrangers un temps d'adaptation, le sinigang, bouillon de tamarin (un fruit acidulé) et de laurier où trempent des boulettes de poisson.

3160624036_9c53633331

 

Oups, ce n'est pas le bon tamarin. Quoi que, il se mange peut-être celui là...?

 

tamarin

 

Les desserts philippins surprennent les étrangers. Mis à part le halo-halo (ce qui signifie mélange-mélange, séquence inoubliable de Pékin Express 2012 pour les amateurs), glace pillée accompagné de macaronis cuits, de fruits divers, de gélatine, de haricots divers et de glace à l'ube (igname violette), les sucreries les plus populaires sont la salade de macaronis (au lait concentré et aux fruits confits) Y a pas à dire ça fait envie, "salade de macaronis aux fruits confits"...

 

halohalodessert

 

On achète, dans les sari-sari (épiceries fourre-tout qu'on trouve en surnombre partout), aux petites échoppes de rue ou aux vendeurs ambulants, des goûters aussi nourrissants que le puto, bâton de riz gluant frit (ce doit être le mot gluant, ça passe pas...), la camote (patate douce) frite en bâton (bon ça encore pourquoi) ou la banane gluante mêlée de riz en enveloppé d'une feuille de bananier (banane gluante!!??). Souvent, on entend la voix d'un vendeur résonner dans les rues ensoleillées "tahooo tahotahotahooo" : pour 10 pesos, le vendeur pose son palan au sol et remplit un gobelet de tofu liquide et de billes de gélatine, le tout nappé d'un caramel dilué (en fait gélatineux et gluant sont les maîtres mots de la gastronomie philippine. Yeurk...).De même, le soir philippin vibre des cris des vendeurs de balut, ces oeufs contenant un petit poussin de canard. C'est un délice, une sorte d'oeuf puissance dix, mais très riche.

images

Non mais franchement tu pourrais manger ce truc ?? Pierre a aimé. Tu le crois ça? Il a goûté et il a aimé....

Les restaurants avec service à la française sont très nombreux, et le service est en général très mauvais. Les Philippins sont les gens les plus accueillants qui soient et se départissent rarement de leur grand sourire, mais le service à l'occidentale ne correspond pas vraiment à leur manière de considérer les choses...en effet, le restaurant philippin typique est le turo-turo (soit : "pointez-pointez"), où on désigne du doigt les plats, exposés derrière une vitrine, dont on veut une part. On nous amène immédiatement les plats choisis à table avec le riz (compris dès le départ bien entendu, et à volonté). Ce n'est pas très cher, le service y est donc impeccable et c'est succulent...masarap ! (voilà, on finit sur une note d'optimisme...)