Deux livres coups de coeur, deux purs bonheurs.

Pour les petits, un livre de Chris Wormell "Attention,bêtes féroces"

23408758_4435344

 

L'histoire est assez simple, c'est un petit garçon qui se perd dans la forêt, il a surtout très peur de rencontrer les bêtes féroces qui y vivent et contre lesquelles sa mère l'a mis en garde. Des bêtes il en rencontre de toutes sortes sur son chemin, sans se rendre compte que ce sont celles là même qui sont censées être féroces. Le petit garçon décrit toutes ces bêtes féroces aux animaux qu'il rencontre, et ce sont eux qui du coup ont peur de les rencontrer. L'auteur en est également l'illustrateur, je trouve que du coup les images sont en parfaites adéquation avec le texte et c'est ce qui rend ce petit album si drôle. A la première lecture j'étais juste morte de rire, l'adéquation entre le texte type "Oh purée, dit l'éléphant en lâchant sa banane" et les dessins des animaux effrayés, alors que quelques secondes avant ils étaient tout à fait pénards dans leur forêt, est juste tordante!

IMG_7009

IMG_7010

IMG_7011

IMG_7014

 

Ca a moins fait rire Joshua. C'est vraiment très difficile de lui expliquer que la bête féroce que le petit garçon décrit à l'ours est en fait l'ours lui même tel que raconté par la maman, que le lion se met à avoir peur de la représentation que se fait l'humain du lion sans s'y reconnaitre... Le message est joli mais difficile à faire passer à un petit garçon de 4 ans.

 

Et pour moi, une petite pépite. Un livre que j'ai quasiment lu d'une traite (609 pages quand même). C'est un best-seller dont j'avais beaucoup entendu parler et qui a déjà fait l'objet d'une adaptation cinématographique. Ca se passe en 1962, dans la ville de Jackson, Mississipi. C'est un récit à trois voix : celles de deux bonnes noires, employées par des familles blanches dans une Amérique où la ségrégation et les lois raciales font autorité. Et celle d'une blanche qui décide d'écrire leurs histoires (dont la sienne, la relation avec sa propre bonne qui l'a élevée), la condition des ces employées dans l'état le plus raciste historiquement des Etats-Unis. Et les risques encourus, le courage nécessaire aux personnes noires qui prenaient leur destin en main afin de faire changer les choses pour leur peuple.

Il y a d'une part l'intérêt pour le sujet en lui même, la relation entre employeurs/employés, entre ces mères de substitution et ces enfants blancs tiraillés entre l'amour pour leur bonne et leur dégoût (enseigné) pour les personnes de couleurs. Mais ce n'est pas tout noir ni tout blanc si je puis dire, les blancs peuvent être mauvais comme ils peuvent être bons. C'est la première fois que je lis un récit montrant toute l'ambivalence de la position de la bonne, elle fait partie de la famille, c'est une employée de maison dont on ne peut se passer mais elle reste un être inférieur de par sa couleur.  Le quatrième de couverture dit de ce roman qu'il est "passionnant, drôle, émouvant". Je crois que c'est un bon résumé. C'est un humour délicat, que j'ai savouré avec douceur et beaucoup de plaisir (clin d'oeil particulier à Martien Luther King, l'homme qu'on n'aimait pas à cause sa couleur verte). Il y a peut-être un petit côté mièvre parfois, mais cela ne me gêne pas car c'est très bien écrit.

J'ai adoré, j'ai dévoré, j'en suis encore toute retournée...

51pTZzj3rVL