La FNE (France Nature Environnement, fédération de plus de 3000 associations impliquées dans la protection de la nature et de l'environnement) a lancé une campagne d'affichage afin de dénoncer l'impact catastrophique des techniques utilisées par les agricultures industrielles sur l'environnement. Dans la ligne de mire : nitrates, pesticides et OGM.

grosmenteur

Nicolas Sarkozy, à l'occasion du salon de l'Agriculture 2010 avait apporté son soutien aux agriculteurs avec une phrase qui n'est que le reflet de sa politique à l'égard de l'environnement : "l'environnement ça commence à bien faire". Lors de sa visite au salon 2011, l'occasion était trop belle, il en remet une couche en condamnant vivement cette campagne lancée par la FNE. N'oublions pas que dans l'intervale les aides aux agriculteurs souhaitant passer au bio ont diminuées et le ministère de l'agriculture a perdu une partie de ses moyens lors du remaniement. La "bonne" nouvelle c'est qu'un deuxième Grenelle de l'environnement a été voté, mais quand on voit les fulgurantes avancées générées par le premier Grenelle il y a de quoi rester sceptique. Le chef de l'état appporte tout son soutien au monde agricole qui, selon lui, est mieux à même de savoir ce qui est bon pour la nature que des bla-blateurs prônant une pseudo écologie. On constate encore une fois que la notion de conflit d'intérêt ne semble pas poser de problème de conscience à notre président.

killbees

Quelles critiques à l'égard de cette campagne? La région Bretagne porte plainte pour atteinte à son image, d'autres trouvent cette campagne caricaturale, purement provocatrice voire déplacée (??). Mais quid du message porté par ces affiches? Elles soulèvent des problèmes concrets et réels : dérives de l'agriculture intensive et industrielle, controverses liées à l'utilisation d'OGM, absence d'études scientifiques impartiales, disparition des insectes entres autres pollinisateurs, propagation de l'algue verte...

bretagne

Encore une fois une initiative "gonflée" ne donne pas lieu à une vraie réflexion, à des débats apolitiques où chacun, agriculteurs et décisionnaires, prendraient leur responsabilité de façon constructive. Les thèmes abordés n'ont pourtant rien de neuf. Le Salon de l'Agriculture aurait pu représenter une belle opportunité pour lancer de vrais échanges entre le gouvernement et les associations. Pour amorcer enfin un dialogue permettant d'avancer et d'aborder des solutions concrètes. Mais au lieu de cela, face à tant de polémique la FNE a du renoncer à sa visite sur le salon où elle devait rencontrer à la fois le public et les exploitants. Dommage...

ogm

Vous pouvez apporter votre soutien via une pétition de la FNE demandant l'interdiction des pesticides les plus dangeureux pour la santé et l'environnement, cliquez là:

http://www.fne.asso.fr/fr/nos-dossiers/Agriculture/campagne-2011/la-petition.html