Ring

Règles du jeu : Ring est un jeu qui met en scène deux rivaux. L'affrontement s'opère sur le matelas moelleux d'un lit deux places. Le but est de pousser son rival hors du "ring" (comprendre matelas), chaque adversaire doit avoir son cri de guerre.

A chaque début de combat nous entrions sur le "ring" puis chacun à son tour on devait faire notre cri de guerre accompagné d'un geste chorégraphique. Celui de Cinthia était "éspàñolà" avec un geste mimant les castagnettes et un léger déhanché. Celui de Jéhanne "chinalagara" avec un geste des mains qui ondulent en partant du sol vers le plafond. Celui de Ilias "afrikandousoud", il était suivi d'un geste viril des deux bras mettant en valeur une musculature surdéveloppée (toutes proportions gardées). Ensuite nous nous jettions l'un sur l'autre pour se pousser hors du lit. Cinthia avait une technique bien à elle, elle se plaquait sur le dos et s'aggripait au bord du matelas. Technique à moitié éprouvrée, elle finissait quand même par terre.

Le camion dans les roues

Règles du jeu : faire tomber la petite soeur. Le principe de ce jeu est assez traumatisant quand j'y repense... Faire tomber la petite soeur, lancée à au moins 10 km/heure sur son beau vélo tout neuf, en balançant dans son dérailleur son petit camion benne bien robuste. Quand maman a vu son dérailleur tout tordu elle lui a dit qu'elle n'avait qu'à se déplacer en camion benne...

Les spectacles pour voitures

Conscients de l'importance de "véhiculer" la culture on avait pris le parti de faire des spectacles sur le bord de la route pour les voitures qui passaient. On se mettait devant la maison et en montant le buste de Jéhanne sur les mollets d'Ilias on obtenait un petit nain chantant et dansant. A genoux derrière un petit matelas posé en long par terre Cinthia faisait dépasser des chaussures dessous ce qui complétait le trio de nains joyeux du Clapeyret. Maman a pris peur quand elle a vu ça.... Ca a été la fin de notre tournée en plein air!

Vaisseau non extra-terrestre

Règles du jeu : le vaisseau est confectionné à partir de rondins de bois rangés en ligne. Ceci est la base d'un tableau de bord qu'il faut garnir avec toutes pièces susceptibles de rappeler les boutons et autres touches de guidage d'un vaisseau spatial. Ces pièces doivent être trouvées par terre. On ramassait des morceaux d'écorce de bois de différentes couleurs, des cailloux, des morceaux de plastique...ensuite on les organisait sur les rondins pour donner l'effet d'un tableau de bord comme dans les films et enfin on se mettait aux commande de ce vaisseau. On mimait les bruits, un appel reçu, un ordre à exécuter tout en appuyant sur ces fameuses touches.

Mousson

Règle du jeu : nous avions installé une palette en bois dans un grand arbre, il s'agit de la "plate-forme". Mousson est un petit arbre voisin de notre "arbre à plate-forme" et dont les branches formaient un siège. On ne pouvait y accéder qu'en passant par les autres arbres et dès qu'on se trouvait sur l'arbre Mousson il fallait chanter "sing a song" dans un micro. C'est Jéhanne qui avait taillé un micro en bois pour Mousson et dès qu'on y accédait il fallait donc chanter dans le micro et ça donnait une impro du type "sing, sing, sing a song, sing a song, sing sing a song, song, hey, sing sing a song, sing a song..."

Sauter du haut de l'armoire

Le but du jeu était de rassembler le plus de coussins, peluches, couvertures et de les amasser aux pieds de la grande armoire de la salle de jeu. Il s'agissait alors de prendre son courage à deux mains et de monter tour à tour sur l'armoire, d'en sauter en visant bien l'endroit le plus moletonné du tas de coussin et de se réceptionner sans trop de bruit pour ne pas rameuter les parents dont les oreilles bonnes joueuses restaient sourdes quelques heures. "Ouf y nous ont même pas entendu les parents!", les oreilles rouges, les cheveux en pétard, le coude dans une main et plus un coussin dans la maison!

Goûter dans le pin

Pendant un temps on avait pris pour habitude de remplir nos petits sacs à dos de goûters et courir dans vers le bois derrière chez nous. Arrivés dans la pinède on élisait chacun domicile dans le pin de notre choix. On montait aussi haut que nos forces nous le permettaient et arrivés en haut, tous les trois pour ou moins en vis à vis on se faisait signe. On pouvait alors sortir notre goûter et manger tels des conquérants de 5, 8 et 9 ans.

Cinthia et Jean-Cascale

Avec mon copain Jean-Pacal (alias Jean-Cascale) je vendais les vieux journaux "Midi-Libre" deux fois leur prix d'origine aux voisins, argument de vente solide à l'appui : l'allumage de la cheminée. On en vendait pas mal, surtout à la voisine de derrière, celle-la même qui donnait régulièrement à mon père la presse de la veille!